Les recherches actuelles sont toutes tournées vers un but : personnaliser la prise en charge de la pathologie.


Tout d’abord, comme expliqué auparavant, le traitement actuel de la MTEV passe par l’utilisation d’anticoagulants. Aujourd’hui, il est difficile d’évaluer le temps durant lequel les patients doivent les prendre : le traitement ne fait que repousser la récidive et dès qu’on l’arrête, le risque revient. Le problème est que l’on ne peut pas prendre ces molécules à vie car leurs effets secondaires sont importants (en fluidifiant le sang, le traitement augmente le risque d’hémorragie). L’un des objectifs actuels est donc de prévoir individuellement le risque de récidive afin d’éviter des traitements au long cours. Les chercheurs tentent d’identifier des marqueurs biologiques, par exemple des protéines particulières présentes dans le sang, qui permettraient d’ajuster le traitement pour chaque patient. Autre axe de recherche en étroite corrélation avec ce phénomène : le développement de nouveaux anticoagulants ne majorant par le risque d’hémorragie.


Il s’agit également d’identifier les facteurs de risque héréditaires de MTEV ou de récidives. Des recherches utiles, aussi bien pour mettre au point des modalités de diagnostic innovantes que pour découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques exploitables dans les traitements.


Autant de défis à relever pour les chercheurs pour, un jour, éradiquer ces maladies.

L'un des objectifs de la recherche est l’évaluation du risque individuel de récidive.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.