Prendre en charge l’insuffisance cardiaque, c’est améliorer la qualité de vie des malades et minimiser les risques d’aggravation. Il est en effet très difficile de récupérer de la contractilité cardiaque. La prise en charge doit donc être la plus précoce possible. Les premières mesures résident dans une amélioration de l’hygiène de vie des patients : régime sans sel (pour abaisser le volume sanguin dans l’organisme), perte de poids via l’activité physique, arrêt du tabac et limitation de la consommation d’alcool.


Des médicaments sont également prescrits pour limiter la progression de la pathologie : diurétiques pour diminuer le volume sanguin, inhibiteurs de l’enzyme de conversion pour éviter l’hypertension artérielle, bêta-bloquants pour ralentir le cœur…


Selon l’origine de la maladie, une intervention chirurgicale peut aussi être envisagée tel qu’un remplacement des valves cardiaques, un pontage coronaire, la pose d’un défibrillateur en cas d’arythmie… Au stade ultime de la maladie, lorsque toutes les thérapies ont été essayées, le seul recours possible est la greffe cardiaque.


Enfin, il ne faut pas oublier les thérapies de rééducation cardiaque. Basées sur un entrainement physique personnalisé, elles ont montré leur efficacité pour ralentir la progression de la maladie.

Il est difficile de récupérer de la contractilité cardiaque.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.