Comme nous l’avons vu, le développement d’une athérosclérose reste lié à plusieurs facteurs. Une des pierres angulaire de la recherche se base sur une baisse du taux de cholestérol.  Cette thématique a donné des résultats intéressants, débouchant sur la mise au point de molécules, les statines, qui permettent d’abaisser en moyenne de 30% ce taux. Des travaux se poursuivent actuellement pour augmenter cette efficacité.

Autre voie d’exploration : le dépistage et le diagnostic très précoce de l’athérosclérose. L’idée serait ici de pouvoir détecter à temps une plaque en formation ou sur le point de se rompre afin d’en éviter les conséquences délétères. Ainsi les techniques d’imagerie non invasive (imagerie par résonance magnétique, scanner...) sont en plein développement. Elles doivent permettre de distinguer les plaques dangereuses qui menacent de rompre, des plaques fibreuses stabilisées.

Les chercheurs souhaitent également trouver des biomarqueurs révélant la présence de plaques d’athérome en formation.

Enfin, la recherche travaille aussi à la mise au point de stents plus performants, pourvoyeurs de moins d’effets secondaires à long terme pour le patient. Autant de recherches poursuivies pour réduire l’impact de l’athérosclérose dans la santé cardiovasculaire.





Deux axes de recherche primordiaux : le dépistage et le diagnostic très précoce de la maladie.





Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.