On distingue deux types de facteurs de risque dans les leucémies : génétiques et environnementaux.

Ainsi, des anomalies géniques impliquées dans les leucémies ont été recensées, acquises après la naissance et non transmissibles à la descendance. Pour exemple, le chromosome dit « Philadelphie » qui est retrouvé dans les cellules impliquées dans la majorité des leucémies myéloïdes chroniques. Il est le produit d’un échange de matériel génétique entre deux chromosomes (le support de l’information génétique). Les cellules porteuses de cette anomalie prolifèrent de manière anarchique.

Des facteurs de risques environnementaux ont aussi été identifiés tels que : l’exposition aux rayonnements ionisants et à des produits chimiques, comme le benzène, des pesticides, ainsi que les antécédents de chimiothérapie. Néanmoins, dans la grande majorité des cas, aucune cause précise de survenue n’est retrouvée.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.