La pathologie en chiffres

Le cancer de l’endomètre se développe au niveau de la muqueuse interne de l’utérus. C’est l’un des cancers gynécologiques les plus fréquents : avec 7 275 nouveaux cas estimés par l’Inca en 2012, il se situe au 4e rang des cancers chez la femme en France. La maladie survient généralement après la ménopause : l’âge moyen lors du diagnostic est de 68 ans.


Des symptômes d’alerte

Contrairement au cancer du col de l’utérus, il n’existe ni moyen de prévention ni méthode de dépistage du cancer de l’endomètre. En revanche, il se manifeste très tôt par la présence de saignements. Dans un premier temps, le praticien effectue un examen clinique. Le diagnostic se fait par échographie, qui peut révéler un épaississement de l’endomètre, puis par un prélèvement dont l’analyse peut révéler le cancer.

Les thérapies du cancer de l’endomètre

Comme il se manifeste très tôt par des saignements, le cancer de l’endomètre est souvent détecté à un stade précoce. La chirurgie est le traitement de référence, avec une ablation complète de l’utérus (hystérectomie), des ovaires et des trompes, à laquelle s’ajoute parfois une ablation des ganglions lymphatiques les plus proches de la tumeur. Selon les caractéristiques de la tumeur et le pronostic qui en découle pour le patient, le traitement peut inclure un traitement par curiethérapie et/ou une radiothérapie externe. Un traitement médicamenteux peut aussi être envisagé telles que la chimiothérapie et/ou l’hormonothérapie qui agit en bloquant certaines hormones impliquées dans la progression tumorale.

Quelles sont les voies de recherche actuelles ?

Les chercheurs souhaitent mettre au point de nouvelles thérapies pour ces pathologies : tout comme dans le cancer du col de l’utérus, ils cherchent à mieux caractériser les tumeurs pour développer des molécules ciblant davantage et de manière plus efficace les cellules cancéreuses. Autre enjeu : optimiser les protocoles de chirurgie existants, et améliorer les techniques de radiothérapie et curiethérapie : de nombreux essais cliniques sont actuellement conduits en ce sens.

Les chercheurs souhaitent mettre au point de nouvelles thérapies pour ces pathologies

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.