Améliorer le dépistage, caractériser avec précision les tumeurs, cibler les cellules cancéreuses circulantes dans l’organisme (métastases) pour les détruire, atténuer les effets secondaires des traitements… Autant de pistes suivies par les chercheurs dans la prise en charge du cancer du sein.
Plusieurs pas ont été faits en ce sens. Concernant les techniques chirurgicales, les ablations du sein sont aujourd’hui beaucoup moins mutilantes pour les patients, avec l’apparition des technologies de reconstruction assistée par robot.


Dans le domaine de la radiothérapie, des recherches évaluent actuellement l’intérêt de la « radiothérapie à modulation d’intensité ». Le sein est irradié avec des doses variables de rayons, dans les 3 dimensions de l’espace, afin d’épargner au maximum les tissus sains. Par ailleurs, il y a beaucoup d’espoir autour de l’ « hypofractionnement », qui consiste à diminuer le nombre de séances en utilisant des doses plus importantes de rayons à chaque séance. Les chercheurs s’intéressent aussi à la radiothérapie peropératoire, qui consiste à irradier le sein de l’intérieur, en une seule fois, directement au bloc juste après l’opération.


Concernant la prise en charge médicamenteuse, l’hormonothérapie et les thérapies ciblées ont permis de grands progrès. Des recherches sont en cours pour découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques et améliorer les molécules déjà disponibles.  
Autre voie empruntée par les chercheurs : la mise au point d’ADC (pour Antibody Drug Conjugate), des molécules qui associent thérapie ciblée anti-Her2 et chimiothérapie. Une molécule est déjà utilisée pour certaines patientes présentant une tumeur Her2+, et d’autres sont en cours d’investigation.


Enfin, l’immunothérapie est également au cœur des recherches dans le traitement du cancer du sein : cette technique consiste à lever les obstacles développés par les cellules cancéreuses pour ne pas être détruites par le système immunitaire. Une approche qui peut s’avérer très efficace pour certaines patientes atteintes d’un cancer triple négatif ou un cancer non hormonodépendant. Mais des recherches sont nécessaires pour identifier précisément lesquelles parmi ces patientes répondent le mieux à ces nouveaux traitements.


Pouvoir prédire les meilleures combinaisons et séquences de traitements pour chaque type de patientes représente l’un des enjeux majeurs des années à venir dans la lutte contre le cancer du sein.







La recherche progresse pour étoffer la panoplie de traitements existante







Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.