Les récents progrès de la génomique ont permis d’établir une classification plus fine des cancers du sein, basée sur la présence de certains marqueurs dans les tumeurs. Ainsi, on y recherche les protéines : RE (récepteur aux œstrogènes), RP (récepteur à la progestérone), HER2 (récepteur à certains facteurs de croissance) qui permettent de différencier 3 principaux groupes de cancers du sein. Les cancers du sein « hormonodépendants », formes les plus fréquentes, sont positifs pour les récepteurs hormonaux, et ceux de type « HER2+ » surexpriment la protéine HER2. Les cancers du sein négatifs pour ces trois marqueurs sont appelés « triple négatifs ». Cette hétérogénéité d’expression permet d’orienter la prise en charge des patients.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.