Devant des symptômes évocateurs, le praticien peut avoir recours à l’imagerie cérébrale pour dépister une éventuelle tumeur. L’examen de choix est aujourd’hui l’imagerie par résonnance magnétique (IRM), une technique qui permet de visualiser avec une grande précision les organes et tissus mous dans différents plans de l’espace ou en trois dimensions. Ici, les clichés réalisés permettent de visualiser le volume du cancer, sa localisation mais également ses contours : des informations essentielles pour déterminer si la tumeur est bien délimitée ou si elle n’envahit pas des zones adjacentes, si elle comporte de nombreux vaisseaux sanguins ou encore si elle contient des cellules mortes prématurément (tous trois sont des signes d’agressivité).

Cet examen d’imagerie est complété d’un prélèvement de la tumeur (biopsie tumorale) réalisée pendant le traitement chirurgical en vue de l’analyser par microscopie et par des tests moléculaires. Un préalable indispensable, car connaître les caractéristiques spécifiques de la tumeur permet d’orienter le traitement à mettre en place, et ainsi de maximiser ses chances de réussite.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.