La majorité des tumeurs osseuses chez l’adulte

La grande majorité des tumeurs osseuses découvertes chez l’adulte sont des métastases : elles se forment lorsque des cellules cancéreuses s’échappent d’une tumeur primitive siégeant dans un autre organe, et après avoir circulé via le sang ou la lymphe, elles s’installent dans l’os. Les cancers du sein, de la prostate, du poumon, du rein et de la thyroïde ont une tendance naturelle très forte à former des métastases dans l’os. Elles se développent le plus souvent dans le bassin, la colonne vertébrale ou le fémur.

La grande majorité des tumeurs osseuses découvertes chez l’adulte sont des métastases.

Quel traitement ?

En parallèle du traitement de la tumeur primitive, la prise en charge des métastases osseuses repose sur deux classes de médicaments spécifiques, les biphosphonates et le denosumab, qui ralentissent la dégradation osseuse provoquée par les cellules cancéreuses, et sur un traitement qui corrige le taux anormalement élevé de calcium dans le sang (dû justement à la dégradation de l’os). Plusieurs interventions sont envisageables pour réduire les douleurs, mais aussi consolider l’os : chirurgie, radiologie interventionnelle (sous contrôle radioscopique, un ciment biocompatible est injecté dans l’os par exemple).

Quelques pistes de recherche

Lorsque des cellules cancéreuses migrent dans l’os à partir d’un organe périphérique, elles entrent d’abord en dormance, puis elles se réveillent parfois plusieurs années après pour former une métastase. L’enjeu des recherches est de comprendre cette dormance, les facteurs qui la contrôlent, et d’identifier les relations qui s’établissent entre une métastase et son microenvironnement. Il est aussi très important de pouvoir mieux évaluer le risque de fracture chez un patient, pour adapter sa prise en charge.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.