Les rayonnements ultraviolets (UV) constituent une partie du rayonnement solaire. Les UVA et UVB représentent un facteur de risque majeur pour les cancers de la peau, dont le mélanome, qui est le plus agressif. Les UV artificiels des cabines de bronzage ont été classés par le CIRC comme « cancérogènes certains pour l’Homme » en 2009.

Chaque exposition aux UV, quel que soit l’âge, augmente le risque de cancer de la peau. Les enfants et les adolescents sont les plus vulnérables.




Environ 70 % des mélanomes cutanés sont liés à des expositions excessives au soleil, surtout intermittentes et intenses pendant l’enfance.




Recommandations :

Éviter de s’exposer entre 12 et 16 heures.

  • Se couvrir le corps et porter des lunettes de soleil.
  • Rechercher l’ombre.
  • Appliquer de la crème solaire toutes les 2 heures et systématiquement après la baignade. Attention, la crème solaire ne permet pas de s’exposer plus longtemps.
  • Protéger tout particulièrement les enfants et les adolescents.
  • Ne pas s’exposer aux lampes de bronzage par UV.Il est inutile de chercher à préparer sa peau au soleil en s’exposant aux lampes de bronzage UV.

Radiations artificielles

Il s’agit essentiellement des applications médicales, c’est-à-dire les examens d’imagerie (radiographie, scanner, scintigraphie) et les traitements (radiothérapie).

En Europe, les radiations artificielles constituent la première source d’exposition aux rayonnements ionisants, avant les radiations naturelles. 

Leur utilisation est basée sur l’optimisation entre le bénéfice et les risques. Le cumul d’examens peut potentiellement provoquer, à terme, des cancers radio-induits. Les médecins sont donc formés à ne faire pratiquer que des examens justifiés.

Ils sont particulièrement vigilants s’agissant des femmes enceintes (exposition du foetus) et des enfants, qui sont les plus sensibles à ces radiations.

Les cancers secondaires à la radiothérapie, qui apparaissent plusieurs années après un traitement pour un premier cancer, en sont une conséquence rare : environ 300 personnes par an en France seraient concernées, dont 15 à 20 enfants (plus sensibles)1.


1 BEY P. Cancers et rayonnements ionisants. Fortes doses : seconds cancers après radiothérapie. in Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.