Mis à jour le 14 avril 2021

Mélanomes cutanés : de premiers résultats prometteurs d’un nouveau composé

  • Les mélanomes sont des cancers de la peau agressifs dont les formes métastasiques peuvent être redoutables.

  • Malgré les avancées réalisées ces dernières années, certains d’entre eux résistent encore aux traitements, ce qui pousse les chercheurs à développer de nouvelles thérapies.

  • Une équipe a récemment obtenu des résultats prometteurs au sein de différents modèles de mélanome grâce à un composé qu’ils ont mis au point.

Cette découverte a été réalisée par Stéphane Rocchi et son équipe « Étude de la différenciation mélanocytaire appliquée au vitiligo et au mélanome : du patient aux mécanismes moléculaires » au Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M) de Nice.

Vos dons en actions
445 620 €

Somme accordée à Stéphane Rocchi en 2020 dans le cadre du financement d’une « équipe FRM », et qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Le mélanome : une forme agressive de cancer de la peau

Le mélanome est une forme sévère de cancer de la peau. Environ 15 000 nouveaux cas de ce type de cancer cutané sont diagnostiqués chaque année en France, et 1 700 décès sont répertoriés : cela en fait un problème majeur de santé publique. La forte agressivité du mélanome vient de sa grande capacité à se propager dans l’organisme. S’il est diagnostiqué assez précocement, une simple chirurgie peut suffire à le prendre en charge. Cependant, dès lors qu’il y a apparition de métastases, le pronostic vital devient très péjoratif en raison de la faible efficacité de tous les traitements actuels.

Des résultats intéressants ont été obtenus grâce aux thérapies dites « ciblées » ou grâce à l'immunothérapie. Cependant, de nombreux patients ne répondent pas ou développent des résistances à ces traitements. Il est donc indispensable d’élaborer de nouvelles thérapies pour améliorer la prise en charge des mélanomes cutanés. Des chercheurs ont récemment fait un pas en ce sens grâce à une molécule qu’ils ont mise au point.

Une molécule dérivée d’un antidiabétique courant

Au début de leur travail, les scientifiques se sont intéressés à un antidiabétique appelé la metformine. De précédentes études avaient en effet démontré que cet antidiabétique était capable d’induire la mort des cellules tumorales en culture, dont des cellules issues de mélanomes, ainsi que dans divers modèles tumoraux. En revanche, la metformine ne montrait peu, voire pas, d’effets lorsqu’elle était administrée à des patients cancéreux, la dose requise étant trop importante.

Les équipes ont donc développé une molécule dérivée de la metformine, CRO15, afin d’obtenir un effet anticancéreux plus important chez les patients. Leur étude visait à explorer ses effets au niveau des cellules cancéreuses, et d’explorer ses mécanismes de fonctionnement.

Des effets sur des cellules en cuture et sur des modèles de la maladie

Les chercheurs ont ainsi montré au travers de plusieurs expériences que CRO15 possède des effets anticancéreux sur des cellules de mélanome en culture. Fait intéressant, la molécule s’est avérée active contre des cellules présentant des résistances à certaines thérapies ciblées, les « inhibiteurs de BRAF ». L’équipe a observé que CRO15 active des mécanismes moléculaires au sein des cellules conduisant à leur autodestruction via deux processus : l’ « autophagie » et l’« apoptose  , des formes de morts cellulaires programmées.

Enfin, pour conclure, les chercheurs ont testé l’effet de CRO15 chez des modèles animaux transplantés avec des cellules issues de mélanomes humains : la molécule entraine une diminution de la croissance tumorale, et ce au niveau de tumeurs résistantes ou non aux inhibiteurs de BRAF.
Ces résultats sont très prometteurs dans le cadre du développement d’une thérapie contre le cancer de la peau.



Source : Jaune E et al. Discovery of a new molecule inducing melanoma cell death: dual AMPK/MELK targeting for novel melanoma therapies. Cell Death Dis. 2021 Jan 11 ;12(1) :64. Doi : 10.1038/s41419-020-03344-6.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.