De nombreuses voies de recherches sont explorées afin de mettre un terme à ce fléau.

  • Tout d’abord, un volet préventif est exploré, à l’instar des larges études épidémiologiques mises en place il y a plusieurs années afin de pouvoir évaluer les impacts de l’alimentation et des modes de vie sur la survenue d’une obésité. Les données ainsi recueillies sont sources de nombreuses avancées sur les causes de la pathologie.
  • Les chercheurs s’intéressent aussi à la composante génétique de ces maladies. Ils souhaitent découvrir de nouveaux gènes de prédisposition à l’obésité, mais également les mécanismes de régulation de l’expression génique mis en place au cours de la maladie. Ces recherches pourraient déboucher sur la découverte de cibles thérapeutiques encore inconnues de l’obésité.
  • Autre thématique d’intérêt : élucider les modes de communications existants entre tissu adipeux, cerveau et intestin. Révéler ces processus pourrait donner des indications quant aux mécanismes fondamentaux du signal de la satiété.
  • Les chercheurs se penchent également sur un acteur particulier : le microbiote intestinal, ou flore bactérienne, présent dans notre tube digestif. Participant activement à la digestion, le microbiote intestinal est aussi en dialogue constant avec notre organisme et y exerce des régulations dont la pleine mesure n’est pas encore connue. On peut ainsi penser qu’il interviendrait dans la prise de poids : une piste de recherche innovante qui pourrait donner des résultats étonnants.


Le microbiote intestinal pourrait intervenir dans la prise de poids


Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.