Dégénérescence maculaire liée à l’âge

Dans cette pathologie,la baisse d’acuité visuelle est due à l’atteinte de la macula, zone centrale de la rétine qui transmet l’essentiel de l’information visuelle au cerveau. À un stade avancé, une tache aveugle apparaît au centre du champ de vision. La vision périphérique est conservée. La maladie se présente sous deux formes :

  • la forme dite « sèche », ou atrophique, est la plus fréquente (deux tiers des cas). D’évolution lente, elle est la conséquence de la disparition progressive des cellules de la macula.
  • la forme « humide », ou exsudative, observée dans un tiers des cas, progresse rapidement. Elle est due à la formation de vaisseaux sanguins anormaux sous la rétine.

Les facteurs de risque identifiés sont l’âge, la prédisposition génétique, le tabac et probablement l’exposition solaire excessive pendant la jeunesse.

Rétinopathie diabétique

Cette complication du diabète est liée à la concentration en sucre excessive au niveau des petits vaisseaux sanguins de la rétine, ce qui conduit à leur dégradation. Le manque d’apport en oxygène induit la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, plus fragiles. Leur rupture et lesmicro-hémorragies qui s’ensuivent peuvent conduire à un véritable décollement de la rétine.

Autre caractéristique de ces nouveaux vaisseaux : ils sont plus perméables et ont tendance à « fuir ». L’accumulation de sang et de liquides qui en résulte est à l’origine d’un œdème se traduisant par une forte baisse d’acuité visuelle.

Le dépistage de la rétinopathie diabétique nécessite une surveillance rapprochée. Diagnostiquée à temps, elle est contrôlée dans la plupart des cas sans évoluer vers une perte de vision.

Maladies héréditaires de la rétine


Rétinite pigmentaire, amaurose congénitale de Leber ou maladie de Stargardt sont des maladies génétiques rares qui touchent également la rétine.


La rétinite pigmentaire est l’une des plus fréquentes, avec une personne atteinte sur 3500. Elle regroupe plusieurs pathologies qui se traduisent au départ par une diminution de la vision lors d’une baisse de luminosité. Elles évoluent ensuite vers une baisse de la vision périphérique le jour et conduisent peu à peu à la cécité. 


L’amaurose congénitale de Leber est l’une des principales causes de cécité chez l’enfant (elle est retrouvée chez 10 à 20 % des enfants aveugles). Pour le moment elle est incurable, et fait l’objet de recherches accrues ces dernières années. Même constat pour la maladie de Stargardt, pour laquelle les modalités de prise en charge sont actuellement palliatives.

La rétinite pigmentaire est l'une des maladies héréditaires de la rétine les plus fréquentes.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.