Diabète de type 1 (diabète insulinodépendant)

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Pour des raisons encore inconnues, les cellules du système immunitaire, les lymphocytes, s'attaquent aux cellules du pancréas spécialisées dans la sécrétion d'insuline, ce qui entraîne progressivement leur disparition.  Lorsque 80 à 90 % de ces cellules sont détruites, l'insuline n'est plus produite en quantité suffisante, et ne peut donc plus réguler le taux de sucre dans le sang.

Diabète de type 2 (diabète non insulinodépendant)


Le diabète de type 2 est de loin le plus fréquent. Il est lié à l'interaction de plusieurs gènes de prédisposition et de facteurs environnementaux (alimentation, sédentarité, tabac…). Ainsi, le diabète de type 2 est favorisé par le mode de vie « occidental », plus sédentaire qu'avant, par l’obésité et l’âge.


Les mécanismes qui mènent au diabète de type 2 sont très différents de ceux du diabète de type 1. Les tissus comme les muscles et le foie ont besoin d’insuline pour stocker le glucose nécessaire à une dépense énergétique. Cette forme de diabète est provoquée par une résistance progressive des cellules à l'insuline, qui ne répondent plus de façon adéquate à sa présence. Le pancréas doit alors en produire davantage. Il s'épuise, ce qui entraîne la destruction des cellules pancréatiques productrices d’insuline. L'hormone n'est alors plus produite en quantité suffisante et le taux de glucose augmente de façon anormale dans le sang, c'est l'hyperglycémie chronique.


A noter qu’il existe d’autres types de diabète plus rares : le diabète gestationnel (pouvant atteindre les femmes enceintes à partir du 2e trimestre de grossesse), le diabète induit par certains traitements et le diabète lié à d’autres maladies, comme certains cancers.


Le diabète de type 2 est de loin le plus fréquent.


Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.