FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Déficit intellectuel

deficit-intellectuel.png 
  • Les enfants atteints d’un déficit intellectuel présentent des capacités intellectuelles significativement inférieures à la moyenne.

  • Dans la plupart des cas, une anomalie génétique est en cause, mais beaucoup de retards mentaux ont des origines encore inconnues.

  • Les recherches actuelles visent à mieux comprendre leur développement pour pouvoir mieux les prendre en charge à l’avenir.

Qu’est-ce que le déficit intellectuel ?

Le déficit intellectuel, encore appelé retard mental, est un trouble caractérisé par un fonctionnement cognitif global inférieur à la moyenne, apparaissant dès l’enfance. Dans la vie courante, le déficit intellectuel peut se manifester de différentes façons selon sa sévérité. Il peut ainsi affecter les capacités relationnelles, l’apprentissage, l’autonomie, la socialisation, le comportement...

Quelles sont ses causes ?

Dans 50 % des cas environ, on ne peut malheureusement pas déterminer l’origine d’un déficit intellectuel. Certaines situations peuvent cependant conduire à son émergence.

Facteurs génétiques

Certaines formes de retards mentaux sont liées à des anomalies chromosomiques ou à des mutations génétiques. C’est le cas du syndrome de Down caractérisé par la présence de tout ou partie du chromosome 21 en triple exemplaires (on parle trisomie 21 lorsque le chromosome 21 entier est en 3 exemplaires), le syndrome de l’X fragile (mutation du gène FRM1 situé sur le chromosome X), le syndrome de Prader-Willi (lié à une anomalie d’une région du chromosome 15), le syndrome de Williams-Beuren (microdélétion sur le chromosome 7)…

Des troubles métaboliques héréditaires peuvent aussi déboucher sur des déficiences mentales. On peut citer par exemple la phénylcétonurie, un trouble du métabolisme apparaissant suite à des mutations de gènes particuliers.

Enfin, certaines pathologies avec une composante génétique forte, comme l’autisme, peuvent être associées à une déficience mentale.

Pendant la grossesse

Des maladies contractées par la mère pendant le développement fœtal peuvent conduire à l’apparition d’un déficit intellectuel. C’est le cas pour la rubéole ou encore pour la toxoplasmose (cette dernière est systématiquement recherchée chez la femme enceinte pour être prise en charge au plus tôt durant la grossesse).

La consommation de certains médicaments, de drogues ou encore d’alcool durant la grossesse (syndrome d’alcoolisation fœtal) peut favoriser l’apparition d’un déficit intellectuel chez l’enfant.

Traumatismes

Des traumatismes cérébraux peuvent engendrer des retards mentaux : hémorragie et manque d’oxygénation de certaines zones du cerveau lors de la naissance, mauvais traitements et carences de soins en période infantile…

Quel est le retentissement des retards mentaux ?

On estime que 700 000 personnes en France sont touchées par un handicap mental. Les fréquences de quelques pathologies pouvant conduire à des retards mentaux montrent le retentissement important de ce trouble : la trisomie 21 atteint 1 enfant sur 2 000, le syndrome de l’X fragile 1 sur 2 500 à 4 000.

Comment est réalisé le diagnostic ?

En dehors des pathologies décelées dès la naissance ou à la petite enfance, l’un des principaux signes qui peut conduire à consulter un praticien pour un dépistage est un retard de développement remarqué par les parents ou encore le personnel éducatif. Le médecin recherche des problèmes pouvant l’expliquer à l’aide de tests auditifs ou visuels. Ensuite, des examens psychométriques sont conduits pour vérifier si l’enfant a bien une déficience intellectuelle, et non un trouble spécifique de l’apprentissage (dyslexie, dyspraxie…).

Une fois ces examens achevés, des tests pour évaluer le Quotient Intellectuel (QI) sont conduits ; ils permettent de distinguer les différents degrés de déficit intellectuel. L’Organisation Mondiale de la Santé les classe de la manière suivante :

  • Déficit intellectuel léger : il correspond à un score de QI situé entre 50 et 69.
  • Déficit intellectuel moyen : le score de QI est compris entre 35 et 49.
  • Déficit intellectuel grave : le QI est situé entre 20 et 34.
  • Déficit intellectuel profond : le QI est alors inférieur à 20.

Quelle prise en charge ?

La prise en charge du déficit intellectuel dépend de sa sévérité. Le plus souvent, elle est pluridisciplinaire et fait appel à de nombreux intervenants : psychologue, psychomotricien, orthophoniste… Il est important qu’un dépistage précoce des troubles soit effectué : on sait maintenant que plus l’enfant est stimulé, meilleures sont ses chances d’autonomisation future. La scolarité peut ainsi être adaptée dans des sections spécialisées, visant à approfondir et à faire acquérir de nouvelles habiletés aux enfants. La famille et les proches, souvent très impactés par ces troubles, peuvent également recevoir une prise en charge psychothérapeutique et prendre contact avec des associations dédiées pour les aider dans leurs démarches.

Quelles avancées du côté de la recherche ?

La recherche sur le handicap mental en général vise à améliorer les conditions de vie des patients : optimisation des méthodes d’apprentissage, essais de rééducation, gestion du vieillissement…

Il s’agit également de mieux comprendre les pathologies impliquées dans le développement  de déficiences. Ainsi, de nouvelles mutations génétiques associées au déficit intellectuel ont récemment été mises en évidence. Elles permettent d’améliorer les connaissances sur certaines déficiences

 

Je fais un don pour la recherche médicale

 securité du don Paiement 100% sécurisé
Paiement en ligne ou par chèque

Votre don vous permet de bénéficier
d'une déduction fiscale

Nos engagements

picto-simuler-don.pngTransparence

Indépendance et impartialité

Soutien des meilleures recherches

Don en confiance

Votre contact

campaigns-celine.pngCéline Pager

Responsable du
service donateurs

01 44 39 75 76

Lui écrire

Les recherches en cours

Déficit intellectuel : découvrir les bases moléculaires de certaines formes génétiques
Déficit intellectuel : identification de nouveaux gènes en cause

Les découvertes

Déficit mental et hypersensibilité : une molécule rétablit un comportement normal dans le syndrome de l’X fragile
Déficience intellectuelle : un nouveau test génétique pour les formes non spécifiques

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact
SIREN : 784 314 064

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous
// recherche-medicale/deficit-intellectuel