FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Découverte - Recherche soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale

La recherche avance.
Agissez pour votre santé et celle de vos proches.

je donne
Paiement 100% sécurisé

Microbiote intestinal : un effet de certains traitements immunosuppresseurs

Microbiote intestinal : un effet de certains traitements immunosuppresseurs
  • La prolifération des microorganismes qui résident dans le tube digestif est étroitement régulée par le système immunitaire.
  • Les chercheurs se sont penchés sur les effets des traitements prescrits en prévention du rejet de greffe d’organe sur la composition du microbiote intestinal.
  • L’administration de certains d’entre eux entraine des déséquilibres de la flore intestinale chez le rongeur : cette action pourrait avoir un impact sur la survenue de complications post-transplantation.

Cette découverte a été effectuée par Jérôme Tourret dans le laboratoire dirigé par Brett Finlay au sein desMichael Smith Laboratories à l’Université de Colombie Britannique à Vancouver au Canada.

Le microbiote au carrefour de nombreux phénomènes physiologiques

Le microbiote intestinal, l’ensemble des microorganismes présents dans le tube digestif, fait l’objet de recherches intenses ces dernières années. Principalement composé de bactéries, le microbiote semble en effet jouer un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement de l’organisme. Outre une action dans la dégradation de substances complexes ingérées par les individus, la flore intestinale intervient également dans la régulation de l’immunité au sein d’un dialogue étroit.D’un côté, le système immunitaire régule la prolifération des bactéries du microbiote ce qui limite le développement d’agents potentiellement pathogènes.De l’autre, le microbiotemodule la réaction  immunitaire de l’hôte par de nombreux mécanismes. On peut donc penser qu’un dérèglement du système immunitaire pourrait influencer la composition du microbiote intestinal, avec d’éventuelles conséquences pathologiques. Avec l’aide de la FRM, des chercheurs se sont récemment penchés sur ce point dans un cas particulier : celui de la transplantation d’organe.

Des traitements contre le rejet de greffe

L’organisme d’une personne ayant reçu une greffe réagit en développant une réaction immunitaire dirigée contre l’organe nouvellement transplanté (phénomène de rejet).  Pour éviter le rejet de la greffe, les patients reçoivent des traitements dits « immunosuppresseurs ». Ceux-ci fonctionnent en atténuant la réaction immunitaire de l’hôte afin qu’il « accepte » la présence de l’organe transplanté. Néanmoins, ces traitements ont un effet sur l’ensemble de l’organisme. Les chercheurs ont donc voulu se pencher sur l’action des immunosuppresseurs sur le microbiote intestinal chez la souris.

Des effets sur le microbiote chez le rongeur

L’équipe s’est plus particulièrement intéressée à 3 molécules immunosuppressives couramment prescrites après une greffe d’organe. Les chercheurs ont mené leurs travaux sur des rongeurs : certains ont reçu l’une ou l’autre de ces 3 molécules, d’autres les 3 molécules en même temps (comme cela est le plus souvent le cas pour les patients greffés d’organe), d’autres encore de l’eau. Puis ils ont comparé les effets de ces molécules sur le microbiote intestinal des animaux. Il s’avère que l’administration concomitante des 3 molécules a entrainé une grande variation dans la composition du microbiote intestinal de l’animal :en particulier, les chercheurs ont observé une augmentation d’une espèce bactérienne, Escherichia coli. De plus, la fabrication par l’hôte de molécules impliquées dans la régulation du contenu intestinal bactérien était altérée par le traitement.

Un intérêt dans la greffe rénale

Cette observation est très intéressante, car une des souches d’Escherichia coli utilisée lors de l’expérience est régulièrement impliquée dans le développement d’infections urinaires. Or, les infections urinaires représentent la première complication infectieuse rencontrée chez les personnes transplantées rénales : elles touchent près de 75 % de ces patients dans l’année suivant la greffe.

Les chercheurs pensent que, si le phénomène observé chez les rongeurs est le même chez l’humain, les immunosuppresseurs pourraient participer à l’émergence d’espèces bactériennes pathogènes dans le microbiote intestinal. Des données à confirmer dans des expériences ultérieures.

Source : Tourret J et al. Immunosuppressive Treatment Alters Secretion of Ileal Antimicrobial Peptides and Gut Microbiota, and Favors Subsequent Colonization by Uropathogenic Escherichia coli. Transplantation 2017 ; 101 : 74-82.

Date de publication : 01/04/2017

Vos dons
en actions

24000 €

C’est la somme accordée à Jérôme Tourret en 2010 pour un stage post-doctoral à l’étranger et qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

La maladie

Microbiote intestinal
Notre intestin héberge naturellement des milliers de milliards de microorganismes, constituant le microbiote intestinal. Partout dans le monde, les recherches se multiplient pour comprendre lerôle du microbiote intestinal et son action dans certaines maladies. Avec ces découvertes naissent de nouveaux espoirs : la possibilité de prévenir voire de mieux soigner ces pathologies.

Découvertes

Microbiote intestinal : des probiotiques actifs contre l’obésité et ses complications

Recherches

Microbiote intestinal : quels effets l’antibiothérapie chez le nouveau-né ?

Microbiote intestinal : une action sur les lésions du foie liées à l’alcoolisme ?

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact
SIREN : 784 314 064

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous
Twitter Facebook LinkedIn Youtube Newsletter