FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Découverte - Recherche soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale

La recherche avance.
Agissez pour votre santé et celle de vos proches.

je donne
Paiement 100% sécurisé

Maladies de la rétine : identification d'un nouveau gène, dont les mutations sont à l’origine de neuropathies optiques précoces et sévères

Maladies de la rétine : identification d'un nouveau gène, dont les mutations sont à l’origine de neuropathies optiques précoces et sévères
  • Les neuropathies optiques sont des maladies ophtalmologiques rares caractérisées par la dégénérescence des cellules qui forment le nerf optique.
  • L’équipe de Jean-Michel Rozet vient d’identifier un nouveau gène, dont les mutations sont à l’origine de neuropathies optiques précoces et sévères.
  • Une découverte importante pour progresser vers des traitements.

Cette découverte a été réalisée par Jean-Michel Rozet et son équipe « Génétique ophtalmologique », Hôpital Necker-Enfants malades/Fondation Imagine à Paris.

Un nouveau gène en cause dans des maladies ophtalmologiques héréditaires

C’est en 2009 que l’équipe de génétique ophtalmologique, dirigée par Jean-Michel Rozet à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris, identifie un nouveau gène, appelé TMEM126A. Son altération est responsable de certaines neuropathies optiques héréditaires isolées à transmission récessive autosomique*, dont l’existence même a longtemps été controversée. Depuis, Sylvain Hanein, chercheur dans cette équipe, s’attache d’une part à caractériser la localisation de TMEM126A au niveau des tissus et, plus finement, dans les cellules, d’autre part à en déterminer la fonction. Jean-Michel Rozet évoque les derniers résultats obtenus : « Nous venons de montrer que ce gène permet la fabrication d’une protéine utilisée par les mitochondries. Ce qui classe ces pathologies dans le champ des maladies mitochondriales héréditaires. »

Qu’est-ce qu’une maladie mitochondriale ?

Les mitochondries sont de petites structures présentes dans chaque cellule de l'organisme. Ce sont de véritables usines qui utilisent les nutriments et l’oxygène apportés par le sang pour produire l'énergie nécessaire à la cellule. Les mitochondries constituent donc les « centrales énergétiques » de la cellule.

Le rôle central de la mitochondrie dans la cellule explique pourquoi toute perturbation de son fonctionnement est susceptible d’avoir un retentissement grave. Quelque 300 formes de pathologies mitochondriales, des maladies rares très hétérogènes, ont été identifiées. Plusieurs organes peuvent être défaillants, les plus touchés étant ceux qui nécessitent le plus d’énergie – système nerveux, muscles, cœur, foie, œil.

Aucune pathologie mitochondriale ne bénéficie à ce jour de traitement spécifique. Seule une prise en charge symptomatique est proposée, qui modifie généralement peu l’évolution péjorative de la maladie. La recherche est donc cruciale dans ce domaine.

Neuropathies optiques héréditaires : des atteintes autres que visuelles

Comme les pathologies mitochondriales touchent habituellement plusieurs organes, le Dr Josseline Kaplan, co-responsable de l’équipe, qui reçoit les patients atteints de neuropathies optiques héréditaires en consultation, a l’idée de rechercher d’autres atteintes chez ces patients. Elle a alors confirmation de ce qu’elle pressentait : des investigations poussées montrent que, même en l’absence de symptômes, des signes extraoculaires sont trouvés : discrète souffrance cérébrale, légère atteinte de l’audition, altération minime de la fonction cardiaque. « Des signes discrets, certes, mais qui laissent à penser que les patients atteints d’une neuropathie optique doivent faire l’objet d’une surveillance plus étroite, et plus seulement limitée à la surveillance ophtalmologique. Notamment pour la fonction cardiaque », résume Jean-Michel Rozet.

Quel bénéfice pour les patients ?

Le projet de l’équipe est de continuer ses investigations pour identifier les autres gènes, probablement nombreux, à l’origine de ces maladies mais aussi pour préciser les modalités de prise en charge de ces sujets : tout patient diagnostiqué avec une neuropathie optique doit-il systématiquement bénéficier d’examens complémentaires extraoculaires ? Lesquels ? À quel moment de sa vie ? Est-il possible d’établir une prise en charge spécifique en fonction du gène muté ?

D’autres arguments, obtenus au travers des recherches menées par Sylvie Gerber, également membre de l’équipe, amènent Jean-Michel Rozet et Josseline Kaplan à proposer aujourd’hui une vision nouvelle des neuropathies optiques et des maladies mitochondriales. « Dans ce concept, toutes ces pathologies forment un continuum clinique. Il faut peut-être voir les atteintes du nerf optique comme la manifestation la moins sévère des maladies mitochondriales. Il y a probablement une gradation selon la sévérité de la mutation, partant d’une atteinte isolée du nerf optique, puis passant par des neuropathies optiques avec atteintes infracliniques (sans symptômes), pour aller jusqu’aux neuropathies optiques avec atteintes extraoculaires de sévérité variable. Si nos résultats se confirment, cela signifie que désormais le diagnostic de toute maladie mitochondriale devrait faire état de l’atteinte optique ; réciproquement, dans les neuropathies optiques il conviendrait d’effectuer un bilan des souffrances extraoculaires. »

Un projet qui n’a certainement pas fini de remettre en question les connaissances sur les maladies mitochondriales.


* Maladies caractérisées par une atrophie du nerf optique, sans autre atteinte extraoculaire, affectant plusieurs enfants d’une même fratrie, nés de parents indemnes.

Date de publication : 01/03/2013

Vos dons
en actions

150585 €

Le Conseil scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale a sélectionné en 2012 le projet de Jean-Michel Rozet, dans le cadre de son appel d’offre « Physiopathologie mitochondriale », et lui a attribué un financement de 150 585 euros pour mener à bien ces travaux.

La maladie

Maladies de la rétine
Les maladies de la rétine constituent une cause majeure de malvoyance. Leurs origines sont variées : elles peuvent être liées au vieillissement, comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge, être héréditaires, comme la rétinite pigmentaire, ou dériver d’une autre pathologie, comme des complications du diabète.

Découvertes

Maladies de la rétine : découverte du mode d’action d’un gène indispensable au maintien en vie des photorécepteurs

Recherches

Maladies de la rétine : empêcher le développement de micro-vaisseaux anormaux

Maladies de la rétine : l’optogénétique, vers un nouveau traitement de la rétinopathie pigmentaire ?

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous