FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Recherche soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale

La recherche avance.
Agissez pour votre santé et celle de vos proches.

je donne
Paiement 100% sécurisé

Maladies de la rétine : empêcher le développement de micro-vaisseaux anormaux

Maladies de la rétine : empêcher le développement de micro-vaisseaux anormaux
  • La rétinopathie des prématurés et la rétinopathie diabétique représentent une cause majeure de cécité, la première chez l’enfant et la deuxième chez l’adulte.
  • Ces deux pathologies résultent de la formation de vaisseaux sanguins anormaux ou en excès au sein de la rétine, ce qui est à l’origine de l’atteinte visuelle.
  • Le Pr Pascale Dufourcq souhaite développer une thérapie qui bloque les mécanismes moléculaires impliqués dans la vascularisation.

Cette recherche est menée par Pascale Dufourcq et son équipe au sein de l’Unité Inserm U1034 « Adaptation cardiovasculaire à l’ischémie » à l’Université de Bordeaux.

Rétinopathie des prématurés et rétinopathie diabétique en bref

La rétinopathie des prématurés est caractérisée initialement par un retard de développement physiologique des réseaux vasculaires de la rétine des nourrissons placés en couveuse sous oxygénation. L’arrêt de l’oxygénothérapie provoque une diminution d’apport en oxygène qui  perturbe la formation de nouveaux micro-vaisseaux au sein de la rétine, aboutissant à terme au développement d’une vascularisation trop importante. Cette dernière peut soit revenir à la normale, soit perdurer et avoir des retentissements néfastes sur la vue.

La rétinopathie diabétique est, comme son nom l’indique, une complication secondaire du diabète. L’excès de glucose sanguin entraîne une altération des micro-vaisseaux de la rétine, ce qui induit ici aussi une baisse de  l’oxygénation et une prolifération de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux et fragiles : leur rupture et les microhémorragies qui s’ensuivent peuvent conduire à un véritable décollement de la rétine. De plus, ils sont perméables et ont tendance à « fuir ». L’accumulation de sang et de liquides qui en résulte est à l’origine d’un œdème se répercutant par une forte baisse d’acuité visuelle.

Vers la mise au point de thérapies alternatives

Ces deux pathologies sont à l’origine de nombreux cas de cécité. Comme nous l’avons vu, elles impliquent toutes deux le développement d’une vascularisation anormale au sein de la rétine. Les thérapies actuelles ciblent un facteur de croissance, le VEGF. Elles agissent en inhibant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Malheureusement, ces traitements sont pourvoyeurs de nombreux effets secondaires, car ils s’attaquent aussi bien aux vaisseaux normaux qu’anormaux. Il est donc important de comprendre les processus cellulaires et moléculaires contrôlant la formation de nouveaux vaisseaux afin de mettre au point des thérapies innovantes pour ces pathologies qui permettent de cibler spécifiquement les vaisseaux « malades ». C’est le but que se sont fixées Pascale Dufourcq et son équipe.

Cibler le développement de nouveaux vaisseaux

Les chercheurs s’intéressent plus particulièrement aux processus cellulaires et moléculaires régis par une famille de protéines : les récepteurs Frizzled. Diverses études ont démontré son implication dans le développement des vaisseaux sanguins. Ainsi, l’inhibition des protéines Frizzled  pourrait empêcher l’apparition de nouveaux vaisseaux pathologiques.

Au cours de leur projet, Pascale Dufourcq et son équipe vont s’intéresser à la protéine Frizzled7 dont le rôle dans la vascularisation de la rétine a déjà été démontré. Bloquer le récepteur Frizzled7 ou ses partenaires pourrait s’avérer une stratégie thérapeutique intéressante dans ces pathologies rétiniennes : dans la rétinopathie des prématurés, cela empêcherait la formation de nouveaux vaisseaux produits en excès et pour la rétinopathie diabétique, l’inhibition du développement de vaisseaux anormaux freinerait l’évolution de la maladie.

Une validation dans un modèle animal

Pour mener leur étude, les chercheurs utiliseront un modèle de souris présentant une pathologie rétinienne caractérisée par le développement de nombreux microvaisseaux. Ils bloqueront les voies moléculaires commandées par Frizzled7 grâce à des approches génétiques et à l’utilisation d’anticorps bloquants spécifiquement le récepteurs Frizzled7. D’autre part, des petites molécules chimiques capables de bloquer la voie de signalisation induite par Frizzled7 seront identifiés. Ils étudieront les répercussions de ces inhibitions sur le devenir de la pathologie par des techniques de biologie moléculaire et d’imagerie des vaisseaux sanguins. Il s’agira d’une part de valider l’intérêt d’une telle approche dans le traitement de ces maladies et, de l’autre, de déterminer à quel moment de leur développement la thérapie serait la plus efficace. Ce travail pourrait conduire à la mise au point de traitements alternatifs plus ciblés de ces maladies de la rétine.



Date de publication : 04/06/2014

Vos dons
en actions

140000 €

Le projet de Pascale Dufourcq a été sélectionné par la Fondation pour la Recherche Médicale en 2013, qui lui a attribué un financement de 140 000 €.

La maladie

Maladies de la rétine
Les maladies de la rétine constituent une cause majeure de malvoyance. Leurs origines sont variées : elles peuvent être liées au vieillissement, comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge, être héréditaires, comme la rétinite pigmentaire, ou dériver d’une autre pathologie, comme des complications du diabète.

Recherches

Maladies de la rétine : l’optogénétique, vers un nouveau traitement de la rétinopathie pigmentaire ?

Découvertes

Maladies de la rétine : découverte du mode d’action d’un gène indispensable au maintien en vie des photorécepteurs

Maladies de la rétine : identification d'un nouveau gène, dont les mutations sont à l’origine de neuropathies optiques précoces et sévères

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact
SIREN : 784 314 064

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous
// maladies-de-la-retine-empecher-le-developpement-de-micro-vaisseaux-anormaux