Greffe d’un œsophage biocompatible, une solution prometteuse


  • Certaines pathologies de l’œsophage conduisent à son ablation totale ou partielle.
  • Les praticiens sont alors dans l’obligation d’utiliser des solutions de reconstruction de l’organe peu satisfaisantes et imparfaites.
  • Des chercheurs conduisent un projet de médecine régénérative unique en France : reconstituer un œsophage susceptible d’être greffé, sans rejet.

Un projet porté par Jérôme Larghero, Valérie Vanneaux et Pierre Cattan et leurs collaborateurs
Hôpital Saint-Louis à Paris

FINANCEMENT ACCORDÉ PAR LA FRM / 170 880 €

Les problèmes de la chirurgie reconstructrice de l’œsophage

Certaines atteintes de l’œsophage, la partie haute du tube digestif, nécessitent une ablation partielle ou totale de l’organe, qu’elles soient le fait de lésions dues à l’ingestion de caustiques ou de tumeurs malignes, par exemple. La chirurgie reconstructrice actuelle consiste à remplacer l’œsophage par une partie de l’estomac ou du côlon. Ces solutions sont peu satisfaisantes car elles entraînent le sacrifice d’un organe intra-abdominal et ont des résultats fonctionnels imparfaits (les patients souffrent de troubles, en particulier de reflux gastro-œsophagien ou de difficultés d’absorption des aliments). Ces opérations entraînent surtout une mortalité élevée. C’est donc au développement d’une solution alternative innovante que s’est attelée l’équipe pluridisciplinaire menée par Jérôme Larghero. « L’idée est de fabriquer un substitut d’œsophage en combinant de manière optimale un biomatériau et des cellules souches grâce à l’ingénierie cellulaire et tissulaire », explique-t-il. Un domaine dans lequel l’équipe bénéficie d’une réelle expertise.

Greffon : une mise au point délicate

Le biomatériau (encore appelé « matrice ») doit avoir des propriétés similaires à celles de l’œsophage. De
nombreux paramètres sont à prendre en compte : élasticité, contractilité, compatibilité avec le tissu environnant, etc. Après différents essais, les chercheurs ont choisi un biomatériau issu de l’œsophage de cochon, animal modèle dans cette étude qui a pour avantage d’avoir une taille et une morphologie proche de celles de l’Homme. Le tissu prélevé est débarrassé de toutes ses cellules pour ne conserver que l’architecture, constituée des fibres de soutien du tissu. Cette matrice est ensuite ensemencée avec des cellules souches mésenchymateuses. Ce sont des cellules souches adultes présentes en petit nombre dans les tissus de l’organisme (tissu adipeux, moelle osseuse, cartilage, muscle…), qui donnent notamment naissance aux cellules cartilagineuses, osseuses, graisseuses ou encore musculaires. « Ces cellules présentent de multiples avantages, justifie le chercheur. Faciles à prélever, à purifier, à cultiver, ce sont de véritables usines à secréter des facteurs de croissance qui stimulent la multiplication des cellules avoisinantes, mais aussi des molécules aux propriétés anti-inflammatoires locales, qui favorisent la prise de greffe. »
Le biomatériau colonisé par les cellules souches sera ensuite placé dans la cavité abdominale du cochon pendant 15 jours pour assurer sa vascularisation, c’est-à-dire le développement de vaisseaux sanguins, condition indispensable à la survie du greffon. Enfin, celui-ci sera implanté en lieu et place de l’œsophage chez le même animal. « Nous espérons que le greffon sera colonisé par les cellules œsophagiennes voisines, stimulées par les cellules souches mésenchymateuses. Notre but ultime, bien entendu : réaliser un essai clinique chez l’Homme ! »

3 exemples de recherches innovantes

LA RECHERCHE MÉDICALE NOUS CONCERNE TOUS

AVEC LA FRM, VOUS INVESTISSEZ DANS DES INNOVATIONS SCIENTIFIQUES QUI VONT RÉVOLUTIONNER LA MÉDECINE DE DEMAIN

À PROPOS DE LA
FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Au service de la recherche et de la santé depuis plus de 70 ans, la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) est le plus important financeur caritatif de la recherche médicale française sur toutes les pathologies : cancers, maladie d'Alzheimer, maladies cardiovasculaires, maladies infectieuses, diabète, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, maladies rares...

Elle soutient chaque année plus de 400 nouvelles recherches menées dans les laboratoires des organismes publics de recherche et d’enseignement supérieur (INSERM, CNRS, INRA, CEA, Universités, grandes écoles, établissements de santé…).

Indépendante, la FRM agit grâce à la générosité de ses donateurs, testateurs et partenaires.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.